Définir

30/09/2016 Commentaires fermés sur Définir

En photographiant, tenter en pure perte de définir la photographie.
Publicités

30/09/2016 Commentaires fermés sur

mg_2016-8-21-1

29/09/2016 Commentaires fermés sur

mg_2016-9-18-1

Clinique

28/09/2016 Commentaires fermés sur Clinique

Milieu d’après-midi. Sous-préfecture de province. Le quartier concentre un supermarché, la gendarmerie, la maison de retraite et la clinique. Clinique, de Kliné, Κλίνη : le lit. Dans la touffeur de cette mi-août, nous rendons visite à R.
Après l’odeur de désinfectant du couloir, celle, sure, presque nidoreuse de la chambre ; il n’y a pas de climatisation. Les volets roulants sont mi-clos et, après le déluge de lumière blanche du parking, dans la quasi-pénombre, la vision mésopique prend le relai. R. est étendue sur le premier lit légèrement incliné. Nous nous annonçons. Quasiment sourde et aveugle, elle ne tarde pas à nous reconnaître, elle a « toute sa tête » comme on dit.
Le second lit est occupé côté fenêtre par une jeune-fille. Ravissante métisse en short jean, jambes croisées. Son ventre arbore un piercing au nombril, son avant-bras est perfusé. Un paravent impossible à déployer marque une frontière symbolique entre deux pseudo-intimités.
Sa mère, croisée plusieurs fois en ville sous l’empire des neuroleptiques, arrive. Nous sommes maintenant cinq dans cette petite chambre. Elle entame une litanie de plaintes : ne supporte plus la chaleur, déplore l’incompétence du corps médical, préfère le bord de mer, etc. Déclare sa haine envers cette région et ceux qui l’habitent, formule le souhait de retourner dans l’Aisne. Logorrhée que je tente de désamorcer, en vain. Nous sommes venus voir R. qui, à l’instant, prie « l’Éternel » de la faire mourir.
La concurrence perceptive est vive et, abstraction faite de l’intempestive, mon attention oscille entre R. et cette jeune-fille en fleur aux lèvres délicatement ourlées, visiblement pas dupe du discours maternel. Deux figures de « la femme » l’une au début, l’autre grabataire dans ses couches, distantes exactement de soixante-neuf ans. Deux aides-soignantes viennent régler le goutte à goutte, sans prononcer un mot. La mère, qui continue d’égrener son chapelet de plaintes, nous demande de la déposer en ville, ce que nous faisons.

12/09/2016 Commentaires fermés sur

mg_2016-9-7-2

04/09/2016 Commentaires fermés sur

MG_2016.9.4-1

03/09/2016 Commentaires fermés sur

Clinique 2

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de septembre, 2016 à Éclats.